r
Certification Voltaire

CORRECTION, MISE EN FORME, TRANSCRIPTION, SAISIE,...
Passez le relais !

"Mémorthographe"

 

Je vous serais gré ? Je vous saurais gré ?
On sait gré, on n'est pas gré ! La bonne orthographe est donc bien "je vous saurais gré".

Elle s'est rendue compte ? Elle s'est rendu compte ?
Cette expression est toujours invariable. Donc : "elle s'est rendu compte", "ils se sont rendu compte", etc. Facile !

1,5 euro ou 1,5 euros ?
En français, le pluriel commence à deux, quoi qu’il arrive ! 1,5 litre, 1,4 milliard d’habitants, etc.
En anglais, par contre, on écrira : 1,2 miles, par exemple.

La panacée universelle ?
Attention, certaines expressions, couramment utilisées, sont des pléonasmes. C’est le cas ici car panacée signifie déjà « remède universel ». On peut aussi citer « séparément les uns des autres » et mon préféré : « au jour d’aujourd’hui » !

Un espèce ? Une espèce ?
Même suivi d'un complément masculin, "espèce" reste féminin. Attention, quand il signifie « sorte », la suite s’accorde quand même avec le complément !
Exemple : « cette espèce d’individu est parti sans payer ».

Subi ou subit ?
On met un T si on peut remplacer par "soudain" :
"L'orage subit" mais "le préjudice subi".

Dilemne ou Dilemme ?
Attention, "dilemne" n'existe pas. On ne peut donc se trouver que face à un cruel dilemme... dont on ne sortira pas indemne !

Nombre de - quantité de...
Quand ils ne sont pas précédés d’un article, ces collectifs ont le sens de « beaucoup » et restent au singulier : « nombre de salariés se plaignent du stress ».

Tache ou tâche ?
Sans accent si on parle de salissure, avec s’il s’agit d’un travail.
Pour s’en souvenir, on se dit que l’accent pèse sur le a comme le poids du labeur sur nos épaules !

Après qu’il a ? Après qu’il ait ?
Contrairement aux idées reçues, « après que » doit être suivi d’un verbe à l'indicatif et non au subjonctif.
On écrira donc "après qu’il a" et non "après qu'il ait".

Moi qui, toi qui... Comment accorder ?
Moi = je, toi = tu, donc on accorde en conséquence.
" C'est toi qui pars, c'est moi qui reste" (tu pars, je reste).

Sens dessus dessous ? Sans dessus dessous ?
La bonne orthographe est « sens dessus dessous » : ce qui est dessus se retrouve dessous, dans le mauvais sens, donc.

Idéals ou idéaux ?
L’un ou l’autre au choix. Simple, pour une fois !

Insoluble ou insolvable ?
. Insoluble peut avoir deux sens : qu’on ne peut pas dissoudre OU qu’on ne peut pas résoudre.
. Insolvable : qui ne peut payer ses dettes.

Notable ou notoire ?
Notable = remarquable, qui mérite d’être signalé : une progression notable des résultats.
Notoire vient de "notoriété". Il signifie donc connu, constaté de tous, mais est souvent péjoratif : une incompétence notoire, un alcoolique notoire.
On parle aussi d’un notable pour qualifier une personne importante par sa situation sociale, son rang : les notables de la ville.

Qu’elle ? Quel ? Quelle ?
On écrit qu’elle(s) quand on peut remplacer par qu’il(s) :
"Il faut qu’elle fasse un effort".
Sinon : quel(s) ou quelle(s) : "Quel est l’ordre du jour ?"

Petit mémo sur les abréviations de civilités :
Monsieur : M. (et non Mr)
Messieurs : MM.
Madame : Mme
Mademoiselle : Mlle
Maître : Me

Inclue ou Incluse ?
La bonne orthographe est INCLUSE : "les charges sont incluses dans le loyer".
Par contre, on écrira EXCLUE et non excluse !

Convaincant ou convainquant ?
- Convaincant si on peut transposer au féminin : "ce programme (cette théorie) est convaincant(e)".
- Sinon, convainquant : "convainquant le directeur de ses compétences, il a été embauché immédiatement".

HORS ou OR ?
- Hors signifie "en dehors de" : je suis hors de moi.
- Or peut être remplacé par "et" : la commande n'est pas prête, or elle doit être envoyée aujourd'hui.

Amener ou apporter ?
. On apporte (ou emporte) quelque chose.
. On amène (ou emmène) quelqu'un.

Soi-disant ou soit-disant ?
On écrit toujours SOI-DISANT et on ne l'accorde jamais : "cette soi-disant amie m'a volé... (mes diamants, mon mari,...)".
Attention, on emploie "soi-disant" pour des êtres humains. Pour des choses, concepts, animaux,... on utilisera plutôt "prétendu".

Mille ou Milles ?
Mille est toujours au singulier... sauf si on parle de milles marins !

Pour se faire ? Pour ce faire ?
. CE quand on veut dire "pour faire cela" : "Pour ce faire, il vous suffit de contacter le service client".
. SE dans les autres cas : "Pour se faire pardonner, il est prêt à tout".

Quoique ? Quoi que ?
. En un mot si on peut remplacer par "bien que" : "quoiqu’il fasse partie de l’équipe, il ne participe pas à toutes les décisions".
. En deux mots dans tous les autres cas : "quoi qu’il fasse, il le fait bien".

Étant donné : accord ou pas ?
Cette expression est invariable quand elle signifie "considérant" : "Étant donné les circonstances, je partirai dès ce soir".
On l'accorde si elle est placée après le nom : "La même prime étant donnée à tous les salariés, il ne peut pas y avoir de contestations".

Verbe à sujet collectif :
Un grand nombre de, la majorité de, une partie de, la plupart de, un certain nombre de : lorsque ces expressions sont suivies d'un nom au pluriel, on peut accorder au singulier ou au pluriel. Pour une fois qu'on a le choix !

Vous prendrez bien un demi ?
. Placé avant, demi est invariable : une demi-heure, mes demi-frères.
. Placé après, il peut être au féminin mais jamais au pluriel : trois heures et demie, deux mois et demi.

Du ou dû ?
On écrit "dû" s’il s’agit du verbe devoir. Attention, l’accent disparaît au féminin et au pluriel :
Le montant dû, les montants dus, les sommes dues.

Plus tôt ou plutôt ?
En deux mots uniquement si c'est le contraire de "plus tard" :
- On a fini plus tôt que prévu.
- Je suis plutôt satisfait du résultat.

Le verbe PALLIER
On pallie quelque chose et non "à" quelque chose : "Nous devons pallier le manque de motivation de nos équipes".
Et sans oublier le 2ème L, sinon il s'agit du palier de décompression... ou du voisin (de palier, donc).

Peut être ou peut-être ?
On met un tiret quand on peut remplacer par "probablement" :
- Sa responsabilité est peut-être engagée sur ce dossier.
- Sa responsabilité peut être engagée sur ce dossier.

S'EN, C'EN ou SANS ?
- S’EN est obligatoirement suivi d’un verbe : "il faut s’en occuper dès maintenant", "il s’en est rendu compte trop tard".
- C’EN = cela en : "c’en est trop, j’en informe ma hiérarchie.
- SANS dans les autres cas : "Je suis perdu sans toi !"

Voir ou voire ?
On écrit VOIRE si on peut remplacer par "et même". Sinon : VOIR.
- Il faut recruter un commercial, voire deux.
- Il faut voir ce problème avec la direction.

Quelque soit ou quel que soit ?
Toujours en deux mots et on accorde avec le complément :
- Quel que soit le problème, nous trouverons une solution.
- Quelles que soient vos conditions, nous les accepterons.

Quand ? Quant ? Qu'en ?
. QUAND exprime une notion de temps : "Quand seras-tu disponible ?".
. QUANT = "en ce qui concerne" : "Quant à moi, je serai disponible en fin de journée".
. QU'EN signifie "seulement en" ou "de cela" : "Je ne serai disponible qu'en fin de journée" OU "qu’en dis-tu ?" (que dis-tu de cela ?).

Davantage ou d'avantage ?
- DAVANTAGE, si on peut remplacer par "plus" : J'attends davantage d'implication de votre part.
- D'AVANTAGE si on peut remplacer par "de profit" : Il n'y a pas d'avantage à tirer de cette collaboration.

Au vu de, en vue de :
Ces expressions sont invariables, quel que soit le complément :
- Au vu de ses résultats, il sera certainement augmenté.
- En vue du prochain séminaire, nous devons préparer les interventions.

En termes de, en matière de :
"En termes de" s'écrit toujours au pluriel, même si le complément est au singulier : "en termes de rentabilité", par exemple.
Par contre, l'expression "en matière de" s'écrit toujours au singulier.

Aucun : singulier ou pluriel ?
Aucun prend un S uniquement si le nom qu'il accompagne ne s'emploie pas au singulier : "aucuns travaux ne seront nécessaires", "vous n'aurez aucuns frais supplémentaires".

À l'attention ? À l'intention ?
A l'attention, quand il s'agit d'un document ou d'un produit. Sur un courrier, un mail, un colis, on écrira "à l'attention du directeur marketing" ou "je soumets ce projet de courrier à ton attention".
A l'intention signifie pour faire plaisir, pour être bénéfique : "nous organisons une soirée à l'intention de nos clients".

Au temps pour moi ? Autant pour moi ?
On utilise cette expression pour admettre son erreur. La bonne orthographe est "au temps pour moi". C'est une expression issue du langage militaire, qui signifiait "reprendre un mouvement depuis le début".

é ou er ?
Une faute très courante ! Une méthode infaillible : remplacer par vendre. Si la phrase reste correcte, on met er. Sinon : é.


Express ? Exprès ? Expresse ? Pas si simple !

. Express (invariable) exprime l’idée de rapidité : un train express, une voie express.
. Exprès (expresse au féminin) qualifie ce qui est formellement exprimé : un ordre exprès, une consigne expresse.
. Exprès (invariable) concerne ce qui est transmis immédiatement (un colis exprès, une lettre exprès).

Sortie du Bled "Les 100 fautes que les recruteurs ne veulent plus voir" chez Hachette. Une idée cadeau pour les jeunes diplômés !

QUASI et NON : trait d’union ou pas ?
- Devant un nom, toujours un trait d’union : la non-violence, la quasi-totalité.
- Devant un adjectif, pas de trait d’union : non négligeable, quasi certain.

Sondage Le Point - avril 2015 :
82% des personnes interrogées déclarent être agacées lorsqu'elles reçoivent un mail ou un courrier contenant des fautes d'orthographe.

Un article très intéressant de L'Expansion : Les fautes d'orthographe ont-elles un coût pour les entreprises ?


Pas besoin de relecture, grâce au correcteur d'orthographe ?
Oui, mais regardez ce texte. Sur 10 fautes, le correcteur d'orthographe n'en détecte que 4 !

Les dernières évolution technologiques on bouleversé nos vies et nos modes de fonctionnement. Aujourdhui, nous communiquon essentiellement par écrit.
Hors, les fautes d'orthographe son préjudiciables a leurs auteurs et surtout, à l'image de l'entreprise. Une seule faute sur votre site peut divisez par deux vos vantes en ligne, et un recruteur peu interrompre la lecture de votre CV au premier défaut de conjuguaison !

 Alors, on revoit quelques règles ?

a/à  :
La question à se poser : Peut-on remplacer par « avait » ?
Si oui, on écrit a. Sinon, à .
« Il a présenté son projet » MAIS « Il est arrivé à l'heure ».

Ci, si ou s'y ?
Ci : quand on désigne quelque chose ou quelqu'un : celui-ci, ci-dessous, ci-joint
S'y : quand on peut conjuguer ou remplacer par « m'y » : « Elle s'y prend mal » (je m'y), « Il s'y rend immédiatement ».
Si : dans tous les autres cas ! « tu es si intelligente ! », « si je peux faire quelque chose ».

Attention à CI-JOINT !
On l'utilise tous les jours dans nos mails et nos courriers. Mais faut-il l'accorder ?
S'il est en début de phrase, pas d'accord : "Ci-joint nos tarifs". Sinon, accord : "Vous trouverez ci-joints nos tarifs", "Veuillez trouver ci-jointe la facture".

Cent ou Cents ?
Cent s'accorde s'il est multiplié et est invariable s'il est suivi d'un autre nombre. On écrira donc SEPT CENTS mais SEPT CENT HUIT.
Et quand il est seul, CENT ne prend pas de S (c'est une fois cent), on évite donc de prononcer "cent z'euros" !

Censé ou sensé ?
Censé signifie présumé, supposé : « je suis censé rendre ce dossier demain soir »
Sensé signifie « qui a du sens » : « votre remarque est tout à fait sensée »

Quel que ou quelque ?
S'il se rapporte à un nom : en un mot. S'il est placé avant le verbe être : en deux mots. Il s'accorde alors avec le nom qui suit :
« La fabrication prendra quelques semaines ».
« Quelle que soit son expérience, il est le bienvenu dans l'équipe ».

Différend, différent ou différant ?
On parle de différend pour évoquer un malentendu ou un conflit : « un différend les oppose depuis 5 ans ».
Différent signifie dissemblable : « il existe différents types de traitements »
Différant est le participe présent du verbe différer : « en différant le paiement, on peut s'en sortir ».

ça/sa ? Ce/se ?
La question à se poser : Peut-on remplacer par « cela » ?
Si oui, on écrit ce ou ça. Sinon, se ou sa.
« Ce sont de graves accusations » MAIS « Ils se sont encore disputés ».
« Il a reçu ça hier » MAIS « Il a reçu sa convocation hier ».